Cloisons étage #2

Chose promise, chose due ! Un dernier article pour le dernier jour de l’année.

Quelle aventure ces cloisons ! Ce chantier a occupé une bonne partie de cette fin d’année 2016 de Mr Paille. Sur cette étape, le maître mot a été « expérimentation ».

Souvenez-vous, au printemps, nous vous relations l’étape de l’ossature des cloisons de l’étage. Nous avons rapidement enchaîné avec un premier test sur un bout de cloison entre une chambre et la salle de bain, dans l’idée de cloisons en terre pour utiliser un maximum de matériaux de récupération et si possible naturels : de la canisse agrafée pour faire office à la fois de coffrage nous permettant de mettre des copeaux de bois en vrac dans la cloison (récupérés à la scierie d’à côté) et d’accroche pour l’enduit terre venant refermer le tout. Quelques images à l’appui :

Après séchage, l’enduit avait fissuré et n’était pas aussi rigide que souhaité. Supermaçon terre de Botmobil étant passé par là entre-temps pour préparer le chantier enduit, convaincu de l’intérêt de cette expérimentation et nous donnant 2-3 conseils d’expert, nous ne nous sommes donc pas arrêtés en si bon chemin.

Nous avons amélioré la technique en passant une bonne dose de barbotine de terre sur la canisse, puis un enduit terre-paille plus épais, plus fibré et ensuite plus travaillé avec le piranha. Le résultat fut concluant. Nous réitérons l’expérience sur une autre cloison, celle entre la mezzanine et la salle de bain, en ajoutant une belle nappe de papier blanche avant la pose de la canisse pour éviter trop de perte de copeaux et de poussière. Évidemment, cette technique demande beaucoup de temps, tout est fait à la main.

L’expérimentation ne s’arrête pas là, deux autres cloisons nous attendent et Mr Paille a envie de tester autre chose, pour voir notamment si la mise en oeuvre peut être plus rapide : nous voici donc partis pour du terre paille banché !

Le principe ? De la paille en vrac mélangée avec de la barbotine de terre très liquide, que l’on vient tassé entre deux planches de coffrage (appelée banche). On monte au fur et à mesure en coffrant-décoffrant les banches. Ensuite, on rebouche avec du corps d’enduit terre-paille les montants, les tours de prises, les lisses…. On laisse sécher (aka on attend que les brins de paille vert fanent!) et on repose un corps d’enduit sur le tout. Et bizarrement, cela est très costaud! Phoniquement, ça fait le job et on apporte de la masse. Mais que c’est long !!!!

A un moment, nous avons hésité à mettre des grands plaques blanches comme tout le monde, et puis les devis nous ont refroidi, et puis ce n’était pas dans l’esprit… Avec le recul, nous ne regrettons pas. D’un point de vue écologique et financier, la terre et la paille il n’y a pas mieux. D’un point de vue hygrométrique (régulation de l’humidité), la terre est plus intéressante. Et nous voulions des enduits terre en finition, ceux-ci se font mieux sur un terre-paille que sur du fermacell. Côté confort de pose, nous restons convaincu par le côté facile et agréable de la terre, là où le fermacell est encombrant et poussiéreux. Par contre, niveau temps de mise en oeuvre, ce dernier remporte la mise, c’est certain.

Vous verrez sur les photos quelques détails d’électricité et un aperçu des appliques fabrication maison. Un prochain article y sera consacré.

Nous n’en avons pas fini avec les cloisons puisque il reste les couches de finition et les cloisons douche-placard de l’étage plus celles du rez-de-chaussée, avec une nouvelle technique. Suite des aventures l’année prochaine !

Chantier participatif en octobre • Enduits de finition

On partage l’annonce pour notre chantier participatif d’octobre pour les enduits de finition terre intérieurs. Si vous êtes intéressés, contactez-nous. Dans tous les cas, n’hésitez pas à diffuser largement !

Semaines : 41 (du mardi 11 au dimanche 16 octobre 2016)
Lieu : La Vicomté-sur-Rance, près de Dinan (22, Côtes d’Armor)
Contact : 06.89.11.25.61 ou ilovelapaille@yahoo.fr
Notre maison ossature bois et isolation en bottes de paille est nichée dans un village de 1000 âmes en bord de Rance à 10 mn de Dinan et 30 mn de St-Malo. Après la réalisation des couches d’accroche et de corps des enduits terre sur la paille à l’intérieur en juin avec Botmobil, nous réitérons l’expérience pour la seconde phase : enduits de finition en terre (murs et cloisons). Nous recherchons donc 6 personnes pendant 1 semaine (mardi au dimanche avec pause le jeudi). Fabrice AUVE sera de nouveau l’encadrant du chantier.
Votre présence, bonne humeur, énergie et motivation seront fort appréciées pour la réalisation de cette étape-clé du chantier. Nous attachons une attention particulière à l’humain et à la qualité des échanges, ainsi qu’aux bons repas préparés sur place et à la convivialité. Vous pourrez planter votre tente dans notre jardin, en cas de nuit froide, possibilité aussi de dormir dans la maison en chantier. Douche et toilettes sèches à disposition.

Enduits intérieurs #2

Suite du récit des enduits terre sur les murs en paille à l’intérieur ! Deuxième étape, deuxième semaine, deuxième et nouvelle équipe ! Au programme corps d’enduits et attaque des murs de l’étage. Une semaine de nouveau bien remplie mais le samedi, dernier jour, on ne voyait plus de paille dans la maison ! Merci encore aux bénévoles qui se sont proposés pour faire du rab. De nouveau de bien belles rencontres humaines et avec la matière. Franchement faire ses murs avec de la terre des voisins, de l’eau de pluie, de la paille (déchet agricole), des copeaux de bois (de la menuiserie d’à côté qui sinon sont brûlés) et des mains, sans aucun outil mécanique énergivore si ce n’est un malaxeur, quelle satisfaction pour nous 🙂 Le résultat et le déroulé sont à la hauteur de nos espérances, même encore mieux.

Petit reportage photo

En complément, deux petites vidéos réalisées par J. bénévole, au bénéfice de son association Circular Effect : pose de la barbotine et passage du piranha.

Rendu et séchage un mois plus tard. Oui de l’herbe a poussé sur les murs! C’est normal, ce sont les brins de paille qui renaissent grâce à l’eau. C’est un très bon indicateur de séchage : quand les brins fanent et disparaissent c’est que le mur est sec. La nature est bien faite non ?

Et deux mois plus tard (photos du jour!), les murs ont bien séché pendant l’été, c’est dur comme du béton et la teinte s’est éclaircie. L’enduit n’a pas fissuré, un peu de retrait aux jonctions avec les parties bois, comme prévu.

Restent quelques retouches avant la prochaine étape que sera la couche de finition, moins épaisse et plus technique, elle sera aussi plus colorée et esthétique ! Nous repartons pour une formule chantier participatif Botmobil d’une semaine mi-octobre. Mais d’ici là nous aurons bien d’autres choses à vous montrer.

 

Enduits intérieurs #1

L’étape tant attendue a pu débuter dans les temps mi-juin. Nous avions choisi la formule chantier participatif encadré par un pro via l’association Botmobil.
4 bénévoles, 1 encadrant et nous-mêmes pour constituer l’équipe de cette première semaine. Pièce maîtresse également indispensable : la terre, qui nous vient du bout de la rue, issue d’une marre creusée dans la prairie de nos voisins-copains (merci encore D. & E.) et transportée par notre voisin agriculteur.
La belle surprise : non seulement elle est argileuse, bien collante et sans cailloux (donc pas d’étape de tamisage), mais elle s’est aussi avérée en partie toute blanche ! Les argiles peuvent être de différentes couleurs (verte, rouge, bleue, jaune, grise, blanche, brune, rose…) mais dans les environs on trouve plus souvent des teintes rouge-orange.

Au programme de cette première session : rebouchage à sec, barbotine (mélange très liquide de terre et d’eau) et rebouchage terre-paille, recherche de la planéité, début du corps d’enduit (terre, eau, foin, paille broyée, copeaux), recherche de la planéité, passage du piranha (règle crantée qui permet d’aplanir, de resserrer et de griffer l’enduit pour favoriser l’accroche mécanique de la couche de finition). Pour plus d’infos allez >ici<.

Petit reportage photo de ces 5 jours :

Bilan de cette première semaine : la terre c’est physique mais très accessible, agréable à travailler et gratifiant. Quant à la formule chantier participatif encadré, on re-signe sans problème ! Une équipe de choc, assidue et de bonne humeur qui nous a donné de l’énergie pour la suite ! Récit de la seconde semaine et bilan de cette expérience à venir très vite.