Pièce finie #2 les chambres et la mezzanine

Après la pose du parquet et des plinthes à l’étage, il restait encore quelques finitions : cordage agrafé en haut des murs pour masquer les retraits et tâches d’enduits, parement du dos de la douche côté chambre, placard-penderie.

Il restera les rideaux aux fenêtres et au placard, ainsi que la bibliothèque faisant office de garde-corps dans la mezzanine. Mais on verra ça après l’emménagement.

Ici des photos de la chambre Est

Pièce finie #1 le bureau

Voici quelques photos du bureau fini au rdc. Après une bonne séance de nettoyage (qui attendait depuis les enduits…), il y a eu la pose du parquet, son huilage, la pose des plinthes liège et bois, et le parement de deux caissons en volige douglas, un pour masquer les réseaux élec, l’autre pour accueillir la cible de fléchettes (déjà en place!). Qui a dit que l’on faisait un bureau pour travailler ?

Ne reste que le meuble bureau en lui-même mais on se donne le temps d’ici l’emménagement d’y réfléchir. L’idée a encore besoin d’être affinée.

Parquet étage

Ah le parquet… une véritable épopée sur notre chantier et pour le moment le seul vrai plan galère que nous ayons connu. Tout a fini par rentrer dans l’ordre mais en résumé : une grosse commande de châtaignier pour toute la maison, une livraison et puis au moment de se lancer dans la pose des coupes qui ne sont pas d’équerre… Quelques doutes et discussions plus tard (on garde ou pas ?), retour à l’envoyeur, pas très conciliant (manutention et transport pour notre pomme).

Du temps de perdu plus tard, on repart à zéro et on en profite pour revoir nos ambitions : ce sera du parquet pin à l’étage et le bureau du rdc, et une autre commande de châtaignier pour la pièce de vie, chez un autre fournisseur (la marchandise est là et les coupes semblent bonnes).

La pose à l’étage a eu lieu l’été dernier. Du parquet massif vissé sur lambourdes, elles-mêmes reposant sur la fibre de bois. Pour améliorer l’acoustique, nous avons testé différentes choses. Après la pose d’un papier (pour éviter que les isolants vracs ne glissent sous les lambourdes, merci les grandes nappes en papier!), il y a eu du sable, des bouchons de liège broyés (merci à tous les participants de notre collecte lancée il y a déjà quelques années!) ou bien encore des copeaux de bois. Le résultat est pas mal vu l’investissement.

En guise de finition, deux couches d’huile dure appliquées à quelques jours d’intervalle. Un coup de main à prendre et différentes techniques-astruces testées là aussi. Plus on avance, plus on devient bon. Vous apercevrezsur les photos les différences de teinte entre l’avant et l’après huilage. Dans tous les cas, les maître-mots restent patience et persévérance 🙂

Suite salle de bain

Après la douche, il nous restait pas mal de choses à faire dans la salle de bain : pose osb sol, finitions parement extérieur douche, plan de travail, lavabo, robinetteries, étagères… Avec toujours quand cela est possible de la récup’ et/ou de la fin de série et/ou du reste de chantier pour optimiser le budget et éviter le gaspillage.

Dans cette pièce reste à poser les dalles de liège sur le sol, les plinthes en bas de mur, les cordes en haut de mur pour masquer les retraits d’enduits, les barre de seuil et butée de la porte. Bref des broutilles 😉

Ci-dessous, photo très floue mais cela donne une idée du futur sol.

LA douche

Long chantier que la construction d’une douche ! Débutée il y a un an, celle-ci s’achève enfin, mais il faut dire que c’est un chantier mené en parallèle de plusieurs autres. Reste la mise en eau (liée à tout le chantier plomberie) et un petit pan de mur extérieur à parer d’un bardage brut en châtaignier. C’est une douche relativement grande mais nous n’avons qu’une salle de bain et pas de baignoire donc il fallait qu’elle soit fonctionnelle.

Ce que craint le plus une maison de paille, c’est l’eau. Aussi, nous avons essayé d’être le plus prudent possible pour tout ce qui est lié à cet aspect dans la maison. Outre une plomberie apparente, nous avons décidé de faire une cabine de douche en béton cellulaire complètement indépendante des murs et la plus étanche possible, avec des possibilités de visite de toute part (sous le bac receveur, derrière le mitigeur côté chambre…), et facile d’entretien. Pour les équipements, il y a évidemment de la récup’ et/ou de la fin de série pour un budget optimisé !

Les photos ne sont pas dans l’ordre d’avancement mais ça donne une idée.

Peinture

Avec le choix des enduits terre, les travaux de peinture à l’intérieur sont très limités. Au programme, il y a eu : un peu de blanc sur les évasements des fenêtres de toit pour apporter de la luminosité, un bleu soutenu complémentaire du jaune des enduits sur les dormants de porte pour masquer les trop nombreuses différences d’essence de bois et relever un peu l’ensemble, un lait de chaux dans le cellier pour éclaircir et limiter la poussière – pièce pour laquelle nous avions décidé de ne pas faire de couche de finition en terre. Nous hésitons encore à prendre la cloison bois du bureau derrière l’escalier. Nous allons attendre que la version définitive de celui-ci soit en place et que le parquet soit posé pour décider. Restera quelques travaux de peinture côté extérieur, peut-être l’année prochaine !

Portes intérieures

Suite et fin de la petite histoire de nos portes intérieures avec le passage de deux couches d’huile dure. Cela change évidemment un peu la teinte mais elles seront ainsi bien protégées. Nous avons également chiné sur les brocantes et vide-greniers quelques lots de poignées anciennes en porcelaine. Dans le prochain article, vous verrez tout ce petit monde en place avec des dormants colorés!