Appliques en terre • Luminaires faits maison

Pour les luminaires, il y a bien sûr des plafonniers prévus dans de nombreuses pièces de la maison (merci les normes obligatoires). Mais nous avons toujours eu une nette préférence pour la lumière tamisée apportée par les éclairages indirectes, d’où l’implantation d’appliques un peu partout. Souci : trouver des luminaires simples, jolis, en harmonie avec les enduits terre et qui ne coûtent pas un bras… souvent là où le bât blesse. Et Mr Paille de dire « fabriquons les nous-mêmes ». Bien oui pardi !

Voici donc les jolies appliques en terre-paille made in ilovelapaille avec un moule en fibre de bois taillé sur-mesure, un bout de bâche plastique, des vis, des chutes de volige. Certaines appliques seront gérées par interrupteur, d’autres, au-dessus des lits dans les chambres, sont dotées de tirettes. Pour nous éviter d’avoir des interrupteurs en plastique en plein milieu des murs (pas très esthétiques) et au passage moins d’ondes près de nos têtes la nuit.

Le résultat nous plaît, un coût limité à celui des spots, une mise en oeuvre rapide si ce n’est un peu de temps de séchage. Seul inconvénient, qui n’en est pas vraiment un pour nous, ne pas pouvoir en changer au gré des envies et des modes. Quelques photos ci-dessous pour voir le rendu. Au passage, vous avez un aperçu des enduits de finition qui feront l’objet d’un prochain récit.

Paille & accessoires improbables

La mise en place de la paille appelle des outils assez improbables au premier abord mais parfaitement indispensables ! Petite revue en photo de nos compagnons favoris.

La grande aiguille faite maison

Etonnant mais la paille peut aussi être une affaire de couture. Nous passons beaucoup de temps à « rebotteler » les bottes quand elles sont trop longues. Plusieurs techniques pour cela. Chez nous, cela a été notamment fait avec des grandes aiguilles.
Le mieux serait que nous prenions le temps de faire une petite vidéo pour vous montrer les techniques de « rebottelage » que nous avons utilisées.

La plaque et le persuadeur

Deux outils qui nous ont été prêtés. La plaque est posée sur les tasseaux du rang précédent ou le long du montant, permettant à la botte suivante de « se glisser » plus facilement.
Le persuadeur, el persuador pour nous, fidèle compagnon, est un outil fort utile qui permet de taper avec force et emprise sur les bottes récalcitrantes ou bien pour les tasser davantage, les redresser si elles ne sont pas centrées comme il faut… Un outil lourd à porter qui fait les bras !

Le cric

Le cric de voiture permet de tasser des bottes pour fixer les derniers tasseaux avant le dernier rang (qui s’avère toujours le plus compliqué car ça ne tombe jamais juste pour y glisser une botte de paille entière) ou de la paille en vrac à l’aide de sangles.

La débroussailleuse détournée

Encore un outil prêté, une débroussailleuse avec quelques ajustements adaptés à la taille de la paille : un manche de fabrication maison et une lame de scie circulaire. A ne pas mettre entre les mains de n’importe qui de maladroit (genre moi)… On n’est pas loin de l’arme de destruction massive. A utiliser avec précaution !

Le balai géant

La paille en vrac s’accumule et s’étale vite sur le sol, gênant parfois la circulation ou le stockage, d’où l’intérêt de fabriquer un grand balai permettant de la rassembler et de l’évacuer en un tour de bras. Il n’y a pas de petites économies d’énergie 😉 Et avoir un chantier propre, l’air de rien c’est important !

Manque en photo la tronçonneuse pour remodeler certaines bottes (réaliser des encoches pour les angles par exemple) et la chute de volige recyclée en chausse-pied pour faire levier notamment lors la mise en place des bottes sous toiture.

Improbables, n’est-ce pas ?

PS : je n’ai pas été très active sur le blog ces dernières semaines mais je vais tenter de rattraper mon retard, le principal étant que les ouvriers sont eux bien actifs et que le chantier avance 😉 Plus de nouvelles très vite.

Escalier de chantier

Parce que les échelles ce n’est pas ce qu’il y a de plus confortable, surtout vu le nombre d’allers-retours que nous allons faire entre le rdc et le 1er, souvent bien chargés, ça valait le coup de passer un peu de temps à fabriquer un escalier de chantier solide, confortable et durable. C’est chose faite avec des bouts de bois qui traînaient par là !

[DIY] Barbec Rocket #3

C’est l’été et le barbecue rocket reprend du service ! Rappelez-vous, dès septembre 2013, nous vous parlions déjà de cette installation artisanale désormais incontournable sur le chantier.

L’été dernier a confirmé son attrait et un deuxième modèle a vu le jour, une version améliorée avec une cheminée plus haute et un foyer plus optimisé, le tout pour augmenter le tirage.

ROCKET-3-1

Au printemps dernier, il s’est même revêtu d’un bel enduit chaux-sable (reste des enduits de soubassement).

ROCKET-3-2

Le rocket a depuis fait des émules et s’est notamment implanté du côté de Malestroit. Prochaine évolution envisagée : une version mobile. A suivre…

[Maisonnette] La porte bleue de la médina…

…non pas de Fès mais de notre cabane ! Souvenez-vous au début de l’été nous avions peinturluré les ouvertures de la maisonnette d’un joli bleu. Il nous restait à finir de retaper la porte d’entrée d’occasion sur laquelle nous avons déjà passé beaucoup trop de temps pour la rendre bien étanche… Nous nous sommes suis donc attelés à la tâche et après quelques étapes, là voilà fin prête pour affronter vents et marées de l’hiver breton !

  • Démontage du cadre extérieur, insertion de pare-pluie sur tout le pourtour, remontage du cadre.
  • Remplacement de l’OSB que nous avions mis pour boucher le trou de la chatière. N’étant pas très étanche, il a été remplacé par une fine plaque de contreplaqué à la résine gentiment fournie et taillée sur-mesure par notre cher voisin Huggy Les bons tuyaux. L’occasion aussi de remplacer un peu de ouate cachée derrière qui avait légèrement pris l’humidité.
  • Joints de silicone d’étanchéité refaits proprement et en plus grande quantité sur les endroits qui le nécessitaient.
  • Deux couches de peinture bleue.
  • Reste à poser une petite plaque de zinc d’ores et déjà prête et pliée qui fera office de bavette en bas pour guider davantage la pluie vers l’extérieur. Mais nous avons déjà pu constater l’amélioration par rapport au printemps dernier !

Quelques photos avant/pendant/après. Ça change n’est-ce pas ?

[DIY] Lampes de récup’

Au gré de notre chine dominicale hebdomadaire, nous avons trouvé une jolie lampe pour l’éclairage extérieur de la maisonnette pour la modique somme de 3 euros. Un peu de nettoyage/rafistolage/fond de peinture en bombe et là voilà toute pimpante !

Il nous restait également un éclairage intérieur à installer. Là aussi récup’ et détournement au programme. L’effet esthétique n’est pas tout à fait celui souhaité mais c’est en cours de réflexion pour une amélioration future.

Sinon, la grande nouvelle c’est que les travaux de terrassement de la maison ont été faits la semaine dernière. On vous prépare vite un récap’ en images !

[DIY] Une boîte normalisée un peu hors-norme

Pour ceux d’entre vous qui ne le sauraient pas, pour toutes les constructions neuves depuis 1979, il est imposé une boîte aux lettres normalisée (je vous passe les infos techniques mais c’est assez rigide je trouve). Si vous rénovez et que le raccordement postal est déjà effectué, vous n’êtes pas concerné par cette norme (question de bon sens bien sûr).

Bref, pour faciliter la chose, Mlle Paille n’est pas fan des BAL, hormis les anciennes, dont le format ne correspond pas du tout à la norme. Un nouveau chantier a donc été lancé pour réaliser une boîte normalisée pas vraiment dans la norme, à savoir que les dimensions préconisées sont respectées mais pour le look il faudra repasser ! Le tout avec des chutes de matériaux et de la récup’.

Voilà le résultat en images, une boîte tout en châtaignier et acier galva. Elle ne plaira pas à tout le monde mais elle nous plaît à nous et c’est bien le principal. Accessoirement, il lui reste tout de même encore à plaire au facteur pour que le raccordement soit validé…