Vidéo du week-end #28

Les quatre cavaliers (« Four Horsemen ») est un film indépendant de 2012 réalisé par Ross Ashcroft, qui dévoile les rouages du système économique dominant actuellement la planète. La croissance infinie et la recherche du profit ont poussé l’humanité au bord du précipice. Et les quatre cavaliers d’aujourd’hui sont la violence, la dette, l’inégalité et enfin la pauvreté. Si leurs galops infernaux ne sont pas arrêtés, ils risquent de compromettre la pérennité des futures générations.

L’économie mondiale va mal. La crise se transformant rapidement en catastrophe, de plus en plus de gens se mettent en quête de conseils avisés sur la manière de restructurer l’économie occidentale. Ces trois dernières années, 23 intellectuels – certains d’entre eux très controversés aux yeux de l’intelligentsia politico-médiatique – ont accepté de briser le silence et d’expliquer comment le monde fonctionne vraiment. Les quatre cavaliers ne tombent ni dans la critique des mondes financier et politique ni dans la théorie du complot : le film analyse simplement le système économique dans lequel nous avons choisi de vivre et avance des propositions de changement.

Intervenants : Noam Chomsky, Herman Daly, Joseph Stiglitz, Max Keiser, John Perkins, Ha-Joon Chang, Gillian Tett, Michael Hudson, Richard Wilkinson, Lawrence Wilkerson, Satish Kumar, Simon Johnson, Camila Batmanghelidjh, Phillip Blond, George Nilson, Dominic Frisby.

Particulièrement instructif !

Source : les-crises.fr

Vidéo du week-end #27

Pas d’excuses en cette fin de mois de janvier pour ne pas prendre 50mn afin de regarder ce petit spectacle « Éloge de l’oisiveté » avec Dominique Rongvaux.

Nous avons beaucoup aimé, et tenons même à votre disposition le livre original.

Le résumé :
Bertrand Russell, philosophe, mathématicien et prix Nobel de littérature, publie en 1932 un essai intitulé « Éloge de l’oisiveté ». Ce livre est un plaidoyer pour une plus juste distribution des richesses obtenues grâce aux progrès techniques de la révolution industrielle. Si ces richesses n’étaient pas accaparées par quelques-uns, le travail pénible serait considérablement réduit et chacun pourrait consacrer son temps à des activités dignes, agréables et constructives.
Le présent spectacle est une réflexion sur la place du travail dans nos vies, sur la valeur de l’argent, sur notre rapport au temps et à l’urgence. Conçu comme un assemblage ludique, on y retrouve bien sûr Bertrand Russell, mais aussi Jean de La Fontaine ou Denis Grozdanovitch, l’auteur du « Petit Traité de désinvolture » et de « L’Art difficile de ne presque rien faire ». Le comédien Dominique Rongvaux nous y raconte aussi sa propre expérience de jeune diplômé en management confronté aux absurdités du monde de l’entreprise et sa décision de tout abandonner pour changer de vie.

Source : les-crises.fr