Enduits intérieurs #4

Suite et fin des enduits terre ! Retour en février où nous avons fait revenir notre super maçon et quelques copains aguerris à l’exercice dont certains avaient participé aux chantiers participatifs. Les cloisons intérieures étant finies (récit de l’étage ICI et ICI, du rdc LA), place à la finition.

Nous sommes partis sur le même mélange de terre jaune que pour la majorité de la maison. On trouvait qu’une couleur dominante et une secondaire (rouge de la cuisine) étaient suffisantes. A nous d’ajouter d’autres touches colorées pour relever l’ensemble, que ce soit avec les meubles, objets ou un peu de peinture au niveau des dormants de portes (récit à venir). Les teintes se sont un peu éclaircies depuis les photos avec le séchage, non sans nous déplaire.

La fin d’une grosse étape, où l’on voit le rendu de suite. Depuis, on est davantage sur des travaux de petite souris qui ne se voient pas forcément mais qui sont évidemment indispensables. Encore que la pose de sols change pas mal le rendu de la maison. Suite des aventures la semaine prochaine !

 

Enduits intérieurs #3

Reprise du récit de nos aventures « maison » avec la 3e et dernière semaine de chantier participatif Botmobil pour la couche de finition des enduits terre intérieurs qui s’est déroulée mi-octobre. Une nouvelle équipe de bénévoles, au top pour un chantier assez technique.

Un petit avant-après pour démarrer :

Après la dernière étape du corps d’enduits, il nous restait des petites retouches : trous à boucher et préparation des arrondis inversés dans les angles au rez-de-chaussée côté Sud :

Ensuite, il nous a fallu choisir les couleurs, à partir de quelques tests effectués en amont sur la base de 3 terres locales : blanche, jaune et rouge, et de différents mélanges en termes de proportions. Le matin du démarrage du chantier participatif, nous n’avions toujours pas décidé…

Le rendu après la pose :

Les couleurs des terres sont naturelles, aucun ajout de pigments. De même, nous sommes restés dans l’esprit de ne pas utiliser de sable (ressource en voie d’extinction). Il a été substitué par de la paillette de blé (= de la paille hachée finement). Voici des photos après quelques semaines de séchage :

A l’étage, nous avons voulu tester sur les pignons un mélange avec un peu de chaux pour éclaircir davantage. Au séchage, il s’est avéré que le rendu n’était pas du tout au rendez-vous. L’ensemble s’est mal mélangé. Heureusement que le test s’est arrêté à deux petits pans de mur… Nous avons rattrapé le coup quelques mois plus tard en appliquant une couche de peinture de fabrication maison, à base de farine.

Je trouve que le charme des maisons en paille réside en partie dans les enduits terre et leurs arrondis, en tout cas cela nous avait beaucoup plus à l’époque où nous n’en étions qu’au stade de projet et que nous visitions des maisons dans ce style. Nous ne sommes pas déçus d’avoir fait ce choix ! Nous n’en avions pas complètement fini avec les enduits puisqu’il nous restait ensuite les cloisons intérieures… Affaire à suivre !

Appliques en terre • Luminaires faits maison

Pour les luminaires, il y a bien sûr des plafonniers prévus dans de nombreuses pièces de la maison (merci les normes obligatoires). Mais nous avons toujours eu une nette préférence pour la lumière tamisée apportée par les éclairages indirectes, d’où l’implantation d’appliques un peu partout. Souci : trouver des luminaires simples, jolis, en harmonie avec les enduits terre et qui ne coûtent pas un bras… souvent là où le bât blesse. Et Mr Paille de dire « fabriquons les nous-mêmes ». Bien oui pardi !

Voici donc les jolies appliques en terre-paille made in ilovelapaille avec un moule en fibre de bois taillé sur-mesure, un bout de bâche plastique, des vis, des chutes de volige. Certaines appliques seront gérées par interrupteur, d’autres, au-dessus des lits dans les chambres, sont dotées de tirettes. Pour nous éviter d’avoir des interrupteurs en plastique en plein milieu des murs (pas très esthétiques) et au passage moins d’ondes près de nos têtes la nuit.

Le résultat nous plaît, un coût limité à celui des spots, une mise en oeuvre rapide si ce n’est un peu de temps de séchage. Seul inconvénient, qui n’en est pas vraiment un pour nous, ne pas pouvoir en changer au gré des envies et des modes. Quelques photos ci-dessous pour voir le rendu. Au passage, vous avez un aperçu des enduits de finition qui feront l’objet d’un prochain récit.

Chantier participatif en octobre • Enduits de finition

On partage l’annonce pour notre chantier participatif d’octobre pour les enduits de finition terre intérieurs. Si vous êtes intéressés, contactez-nous. Dans tous les cas, n’hésitez pas à diffuser largement !

Semaines : 41 (du mardi 11 au dimanche 16 octobre 2016)
Lieu : La Vicomté-sur-Rance, près de Dinan (22, Côtes d’Armor)
Contact : 06.89.11.25.61 ou ilovelapaille@yahoo.fr
Notre maison ossature bois et isolation en bottes de paille est nichée dans un village de 1000 âmes en bord de Rance à 10 mn de Dinan et 30 mn de St-Malo. Après la réalisation des couches d’accroche et de corps des enduits terre sur la paille à l’intérieur en juin avec Botmobil, nous réitérons l’expérience pour la seconde phase : enduits de finition en terre (murs et cloisons). Nous recherchons donc 6 personnes pendant 1 semaine (mardi au dimanche avec pause le jeudi). Fabrice AUVE sera de nouveau l’encadrant du chantier.
Votre présence, bonne humeur, énergie et motivation seront fort appréciées pour la réalisation de cette étape-clé du chantier. Nous attachons une attention particulière à l’humain et à la qualité des échanges, ainsi qu’aux bons repas préparés sur place et à la convivialité. Vous pourrez planter votre tente dans notre jardin, en cas de nuit froide, possibilité aussi de dormir dans la maison en chantier. Douche et toilettes sèches à disposition.

Enduits intérieurs #2

Suite du récit des enduits terre sur les murs en paille à l’intérieur ! Deuxième étape, deuxième semaine, deuxième et nouvelle équipe ! Au programme corps d’enduits et attaque des murs de l’étage. Une semaine de nouveau bien remplie mais le samedi, dernier jour, on ne voyait plus de paille dans la maison ! Merci encore aux bénévoles qui se sont proposés pour faire du rab. De nouveau de bien belles rencontres humaines et avec la matière. Franchement faire ses murs avec de la terre des voisins, de l’eau de pluie, de la paille (déchet agricole), des copeaux de bois (de la menuiserie d’à côté qui sinon sont brûlés) et des mains, sans aucun outil mécanique énergivore si ce n’est un malaxeur, quelle satisfaction pour nous 🙂 Le résultat et le déroulé sont à la hauteur de nos espérances, même encore mieux.

Petit reportage photo

En complément, deux petites vidéos réalisées par J. bénévole, au bénéfice de son association Circular Effect : pose de la barbotine et passage du piranha.

Rendu et séchage un mois plus tard. Oui de l’herbe a poussé sur les murs! C’est normal, ce sont les brins de paille qui renaissent grâce à l’eau. C’est un très bon indicateur de séchage : quand les brins fanent et disparaissent c’est que le mur est sec. La nature est bien faite non ?

Et deux mois plus tard (photos du jour!), les murs ont bien séché pendant l’été, c’est dur comme du béton et la teinte s’est éclaircie. L’enduit n’a pas fissuré, un peu de retrait aux jonctions avec les parties bois, comme prévu.

Restent quelques retouches avant la prochaine étape que sera la couche de finition, moins épaisse et plus technique, elle sera aussi plus colorée et esthétique ! Nous repartons pour une formule chantier participatif Botmobil d’une semaine mi-octobre. Mais d’ici là nous aurons bien d’autres choses à vous montrer.

 

Enduits intérieurs #1

L’étape tant attendue a pu débuter dans les temps mi-juin. Nous avions choisi la formule chantier participatif encadré par un pro via l’association Botmobil.
4 bénévoles, 1 encadrant et nous-mêmes pour constituer l’équipe de cette première semaine. Pièce maîtresse également indispensable : la terre, qui nous vient du bout de la rue, issue d’une marre creusée dans la prairie de nos voisins-copains (merci encore D. & E.) et transportée par notre voisin agriculteur.
La belle surprise : non seulement elle est argileuse, bien collante et sans cailloux (donc pas d’étape de tamisage), mais elle s’est aussi avérée en partie toute blanche ! Les argiles peuvent être de différentes couleurs (verte, rouge, bleue, jaune, grise, blanche, brune, rose…) mais dans les environs on trouve plus souvent des teintes rouge-orange.

Au programme de cette première session : rebouchage à sec, barbotine (mélange très liquide de terre et d’eau) et rebouchage terre-paille, recherche de la planéité, début du corps d’enduit (terre, eau, foin, paille broyée, copeaux), recherche de la planéité, passage du piranha (règle crantée qui permet d’aplanir, de resserrer et de griffer l’enduit pour favoriser l’accroche mécanique de la couche de finition). Pour plus d’infos allez >ici<.

Petit reportage photo de ces 5 jours :

Bilan de cette première semaine : la terre c’est physique mais très accessible, agréable à travailler et gratifiant. Quant à la formule chantier participatif encadré, on re-signe sans problème ! Une équipe de choc, assidue et de bonne humeur qui nous a donné de l’énergie pour la suite ! Récit de la seconde semaine et bilan de cette expérience à venir très vite.