Préparatifs enduits terre

Avant le chantier participatif enduits terre du mois de juin, il nous a fallu anticiper et préparer pas mal de petites choses, pas forcément très visibles mais utiles, voire indispensables, et donc forcément consommatrices de temps et d’énergie.

Il y a d’abord eu des petits tests de la terre proposée par nos voisins-copains, avec différents mélanges. C’était impressionnant de constater la dureté après séchage, on est loin de la pâte à modeler.

Il y a eu ensuite les tours de fenêtres et portes à finir d’isoler en fibre de bois plus ou moins rigide en fonction des endroits, qui servira directement d’accroche pour les enduits là il n’y a pas de paille. De la canisse a aussi été installée autour de deux ouvertures en test d’accroche pour les arrondis.

A partir de restes de chevron et de solive de la dalle bois, deux grandes tablettes ont été réalisées sur-mesure pour ensuite être installées au-dessus de nos baies vitrées afin de permettre d’arrêter l’enduit proprement, l’arrondi étant difficilement gérable à cet endroit (3m d’arrondis à l’envers c’est délicat, nous avions pu le constater avec les enduits extérieurs).
Ces deux tablettes dont vous voyez la face qui restera visible ont été nettoyées rapidement à l’eau sous haute pression pour faire apparaître les veines du bois, puis légèrement poncées. Les arrondis sont réalisés manuellement avec ce bel outil ancien qu’est la plane (une vraie lame de rasoir soit dit en passant!). Le rendu brut naturel nous plaît beaucoup et cela s’est confirmé à la pose.

Au cours d’une bonne journée aidés de nombreuses petites et grandes mains amicales, nous avons pu faire une bonne session de rebouchage des trous entre les bottes de paille.  On a vraiment pris conscience de l’importance de l’attention à apporter lors de la pose des bottes. La mise en place des liteaux entre chaque rang de bottes, sans une vraie entaille digne de ce nom pour qu’ils soient noyés, laisse des traces trous et cela n’est pas compatible à la fois avec l’étanchéité à l’air que l’on recherche et une bonne d’accroche pour les enduits. D’où la nécessité de reboucher après coup! Sur les conseils du maçon qui encadrera la réalisation des enduits, nous avons utilisé de la paille de lin, beaucoup plus solide et adaptée pour cet exercice. On en a aussi profité pour poser des supports en bas des murs pour les futures plinthes.

Au prochain épisode, il sera question de câblage, de couleurs, de va-et-vient, de retour lampe, de DCL, de boîtiers et consorts 🙂

Chantier participatif en juin • Opération « Enduits terre »

On partage l’annonce pour notre chantier participatif en juin pour les enduits terre sur les murs paille intérieurs. Si vous êtes intéressés, contactez-nous. Dans tous les cas, n’hésitez pas à diffuser largement !

Semaines : 24 et 25 (du 13 au 24 juin 2016)

Lieu : La Vicomté-sur-Rance, près de Dinan (22, Côtes d’Armor)

Contact : 06.89.11.25.61 ou ilovelapaille@yahoo.fr

Bonjour !

Nichée dans un village de 1000 âmes en bord de Rance, notre maison ossature bois et isolation en bottes de paille est hors d’eau hors d’air depuis l’hiver dernier. Cette année est consacrée à l’intérieur. Nous recherchons donc 6 personnes pendant 2 semaines pour la réalisation des enduits terre (couches d’accroche et de corps). Fabrice AUVE de Botmobil nous apportera son savoir-faire en la matière et encadrera le chantier.

Votre présence, bonne humeur, énergie et motivation seront fort appréciées pour la réalisation de cette étape-clé du chantier.

Nous attachons une attention particulière à l’humain et à la qualité des échanges, ainsi qu’aux bons repas préparés sur place et à la convivialité.

Vous pourrez planter votre tente dans notre jardin permaculture en création. Douche et toilettes sèches à disposition.

Nous sommes à 10 mn de Dinan, 30 mn de St-Malo et 45 mn du Cap Fréhel et du Mont Saint-Michel, de quoi occuper joliment les week-end de pause !

Adeline & Nicolas

Paille toi bien ! #3

Pas de panique, malgré la non publication d’article depuis fin octobre 2015, tout va bien ! Nous n’avons pas abandonné le projet (pas si près du but et la persévérance ça commence à bien nous connaître). Juste une lassitude autour de la gestion du blog… Et   si pas de plaisir… à quoi bon !

Un rapide passage pour montrer les avancées. La pose de la paille avait été faite en priorité sur les murs destinés à recevoir l’enduit chaux-sable extérieur (récit ici) mais il nous restait à en mettre dans le cellier au rdc, dans les pignons à l’étage (murs avec bardage extérieur) et surtout dans la toiture ! La bonne partie de rigolade.

Bilan des courses : pas de casse, des tas d’astuces qu’il a fallu trouver, un mur qui reste à isoler car pas assez de paille (on se doutait que nous serions un peu juste et nous avons eu de la perte à cause d’une fuite dans le toit du hangar de stockage sinon ça passait) et il nous faudra trouver autre chose également pour l’isolation des combles perdus (certainement de la ouate soufflée, avec une nouvelle machine maison–> quel teasing!).

Les chiffres à retenir : 10 tonnes de paille (1000 bottes) et 4 mois de pose…

Pas mécontents de passer à une autre étape, ce ne sont pas les bénévoles qui diront le contraire : c’est TRÈS physique. Mais on y est arrivé !

Paille & accessoires improbables

La mise en place de la paille appelle des outils assez improbables au premier abord mais parfaitement indispensables ! Petite revue en photo de nos compagnons favoris.

La grande aiguille faite maison

Etonnant mais la paille peut aussi être une affaire de couture. Nous passons beaucoup de temps à « rebotteler » les bottes quand elles sont trop longues. Plusieurs techniques pour cela. Chez nous, cela a été notamment fait avec des grandes aiguilles.
Le mieux serait que nous prenions le temps de faire une petite vidéo pour vous montrer les techniques de « rebottelage » que nous avons utilisées.

La plaque et le persuadeur

Deux outils qui nous ont été prêtés. La plaque est posée sur les tasseaux du rang précédent ou le long du montant, permettant à la botte suivante de « se glisser » plus facilement.
Le persuadeur, el persuador pour nous, fidèle compagnon, est un outil fort utile qui permet de taper avec force et emprise sur les bottes récalcitrantes ou bien pour les tasser davantage, les redresser si elles ne sont pas centrées comme il faut… Un outil lourd à porter qui fait les bras !

Le cric

Le cric de voiture permet de tasser des bottes pour fixer les derniers tasseaux avant le dernier rang (qui s’avère toujours le plus compliqué car ça ne tombe jamais juste pour y glisser une botte de paille entière) ou de la paille en vrac à l’aide de sangles.

La débroussailleuse détournée

Encore un outil prêté, une débroussailleuse avec quelques ajustements adaptés à la taille de la paille : un manche de fabrication maison et une lame de scie circulaire. A ne pas mettre entre les mains de n’importe qui de maladroit (genre moi)… On n’est pas loin de l’arme de destruction massive. A utiliser avec précaution !

Le balai géant

La paille en vrac s’accumule et s’étale vite sur le sol, gênant parfois la circulation ou le stockage, d’où l’intérêt de fabriquer un grand balai permettant de la rassembler et de l’évacuer en un tour de bras. Il n’y a pas de petites économies d’énergie 😉 Et avoir un chantier propre, l’air de rien c’est important !

Manque en photo la tronçonneuse pour remodeler certaines bottes (réaliser des encoches pour les angles par exemple) et la chute de volige recyclée en chausse-pied pour faire levier notamment lors la mise en place des bottes sous toiture.

Improbables, n’est-ce pas ?

PS : je n’ai pas été très active sur le blog ces dernières semaines mais je vais tenter de rattraper mon retard, le principal étant que les ouvriers sont eux bien actifs et que le chantier avance 😉 Plus de nouvelles très vite.

Officiellement Hors d’eau Hors d’air !

Depuis une dizaine de jours, la maison est officiellement hors d’eau hors d’air et ce n’est pas une mince affaire pour nous !!! Ne plus dépendre de la météo pour la suite des travaux, gagner du temps en mise en route puis rangement de chantier, avoir la paille bien à l’abri pour l’hiver… Que d’avantages !

Les enduits extérieurs sont donc terminés pour cette année. Les maçons ont passé 2 couches en 3 jours, restera la finition à faire dans un an, une fois que tout aura bien travaillé et fissuré dans tous les sens (oui le bois et la paille sont des matériaux vivants!). Nous ne regrettons pas d’avoir fait réaliser cette partie par des pros, c’est technique et physique ! Avoir conservé à notre charge les préparatifs était un bon compromis. Nous avons même eu leurs félicitations. Leur boulot est chouette et le beau mois de septembre facilite le séchage.
Côté matériaux : chaux, sable, paillettes de chanvre et eau, tout simplement ! Et matériel : compresseur, sablon et bétonnière.

On vous laisse avec encore une fois toute une palanquée de photos.

Au programme avant la trêve hivernale, il nous reste encore pas mal de paille à poser à l’intérieur : les pignons, la toiture et le cellier mais avec persévérance, on arrivera au bout. Ensuite, on pourra commencer à préparer la suite des festivités avec tout le second oeuvre à l’intérieur, cap sur 2016 !

Maison paillasson

Avec quelques jours de retard, voici des petites nouvelles du front ! Après le montage des murs en paille, nous avons attaqué les finitions et préparatifs en vue des enduits extérieurs, en mode marathon. En effet, nous avions une dead-line à respecter : la venue du maçon à une date précise.

Programme des festivités : on débroussaille les murs (pas banal n’est-ce pas ?), on repère les trous dans lesquels on plante des clous puis on vient y mettre un mortier à base de chaux bâtardée, de sable, de paille et d’eau ; on comble les plus gros trous avec de la fibre de bois, on met du mortier aux angles de la maison et des fenêtres en réalisant de jolis arrondis. Enfin, on protège boiseries et ouvertures avant l’arrivée de la machine de guerre à enduire. Le mur Est, premier mur paillé, avait plus de trous que les derniers réalisés, preuve que nous avions fait de réels progrès dans la pose de la paille…

Une bonne semaine non-stop de préparatifs et nous étions fin prêts, grâce notamment aux bonnes volontés venues nous aider. À ce jour, nous pouvons même vous confirmer que le début des enduits s’est déroulé sans encombre 😉

Paille toi bien ! #2

Les vacances sont finies et les objectifs fixés sont atteints! Les murs en paille destinés à être enduits à l’extérieur sont montés.

On ne vous cache pas que l’exercice est très physique et que les bras supplémentaires ont été (merci encore à eux) et seront toujours (merci d’avance aux prochains) les bienvenus pour cette étape. Techniquement, pas de grosses difficultés si ce n’est de trouver les bonnes astuces pour remplir le dernier rang ou les angles… On essaiera de prendre le temps de raconter cela pour les futurs constructeurs intéressés.

Côté résultats : les volumes se dessinent et la luminosité est bien au rendez-vous, nous sommes désormais contraints de rentrer par les portes, ça sent bon la grange, on a découvert que la paille offrait une acoustique digne des studios d’enregistrement, on ne voit pas la route, premier repas et soirée dans la maison effectués, première nuit dans la maison pour certains effectuée aussi avec des oreillers paille top confort…

Les prochains jours sont consacrés aux finitions et préparatifs en tout genre avant la venue du maçon et de ses troupes pour la réalisation des enduits extérieurs mi-septembre. On est dans les temps !!
Ensuite, il nous restera à remplir les murs bardés et la toiture donc avis aux bénévoles en septembre et octobre 🙂

Pour finir voilà tout un tas de photos en vrac pas trop triées pour vous donner une idée du chantier.