Cloisons rez-de-chaussée

Autre niveau, autre technique ! Après les cloisons en copeaux et terre paille à l’étage, nous avons opté pour le béton cellulaire pour les quelques cloisons du rez-de-chaussée, à savoir celles des toilettes, du bûcher dernière le poêle et un bout du bureau au niveau de la porte. Il sera ensuite enduit.

Le reste du bureau est composé de cloisons bibliothèque en bois contreventantes : une fermée avec des panneaux de fibre de bois rigide, type Agepan, et l’autre avec de la volige en douglas posée en diagonale.

Enduits intérieurs #3

Reprise du récit de nos aventures « maison » avec la 3e et dernière semaine de chantier participatif Botmobil pour la couche de finition des enduits terre intérieurs qui s’est déroulée mi-octobre. Une nouvelle équipe de bénévoles, au top pour un chantier assez technique.

Un petit avant-après pour démarrer :

Après la dernière étape du corps d’enduits, il nous restait des petites retouches : trous à boucher et préparation des arrondis inversés dans les angles au rez-de-chaussée côté Sud :

Ensuite, il nous a fallu choisir les couleurs, à partir de quelques tests effectués en amont sur la base de 3 terres locales : blanche, jaune et rouge, et de différents mélanges en termes de proportions. Le matin du démarrage du chantier participatif, nous n’avions toujours pas décidé…

Le rendu après la pose :

Les couleurs des terres sont naturelles, aucun ajout de pigments. De même, nous sommes restés dans l’esprit de ne pas utiliser de sable (ressource en voie d’extinction). Il a été substitué par de la paillette de blé (= de la paille hachée finement). Voici des photos après quelques semaines de séchage :

A l’étage, nous avons voulu tester sur les pignons un mélange avec un peu de chaux pour éclaircir davantage. Au séchage, il s’est avéré que le rendu n’était pas du tout au rendez-vous. L’ensemble s’est mal mélangé. Heureusement que le test s’est arrêté à deux petits pans de mur… Nous avons rattrapé le coup quelques mois plus tard en appliquant une couche de peinture de fabrication maison, à base de farine.

Je trouve que le charme des maisons en paille réside en partie dans les enduits terre et leurs arrondis, en tout cas cela nous avait beaucoup plus à l’époque où nous n’en étions qu’au stade de projet et que nous visitions des maisons dans ce style. Nous ne sommes pas déçus d’avoir fait ce choix ! Nous n’en avions pas complètement fini avec les enduits puisqu’il nous restait ensuite les cloisons intérieures… Affaire à suivre !

Électricité #2

L’an dernier nous étions plongés dans les plans d’électricité pour notamment passer un maximum de gaines avant le premier chantier d’enduits terre.

Il a fallu nous y remettre pour poursuivre l’installation et cela n’a pas été simple plusieurs mois après (surtout pour les luminaires), et ce malgré les nombreuses notes inscrites sur le cahier de chantier (qu’on ne pense jamais à regarder!). Pas beaucoup de photos mais tout est en ordre de marche aujourd’hui : tableau, raccordement, lumières, prises… Il reste le bloc communication/internet à installer. Le temps passé et les longs mois à devoir se brancher à l’extérieur nous rappellent à quel point ce confort est agréable, même si très banal. Pensez-y la prochaine fois que vous appuyez sur un interrupteur ou branchez un appareillage 😉

Si cela était à refaire, il est fort probable que nous passions par une autoconstruction  davantage accompagnée (option envisagée au départ) pour gagner du temps. Mais globalement, l’électricité reste accessible à faire soi-même. En attendant, ça c’est fait !

Enduits extérieurs +1 an

Septembre 2015 : avec la mise en oeuvre des deux premières passes de l’enduit extérieur,  la maison devenait hors d’eau hors d’air.

Septembre 2016 : après l’année de séchage recommandée, les maçons et leurs sablons étaient de retour sous un soleil de plomb pour effectuer la couche de finition.

Peu de photos, ils ont été trop rapides pour moi, mais ça c’est fait !

Appliques en terre • Luminaires faits maison

Pour les luminaires, il y a bien sûr des plafonniers prévus dans de nombreuses pièces de la maison (merci les normes obligatoires). Mais nous avons toujours eu une nette préférence pour la lumière tamisée apportée par les éclairages indirectes, d’où l’implantation d’appliques un peu partout. Souci : trouver des luminaires simples, jolis, en harmonie avec les enduits terre et qui ne coûtent pas un bras… souvent là où le bât blesse. Et Mr Paille de dire « fabriquons les nous-mêmes ». Bien oui pardi !

Voici donc les jolies appliques en terre-paille made in ilovelapaille avec un moule en fibre de bois taillé sur-mesure, un bout de bâche plastique, des vis, des chutes de volige. Certaines appliques seront gérées par interrupteur, d’autres, au-dessus des lits dans les chambres, sont dotées de tirettes. Pour nous éviter d’avoir des interrupteurs en plastique en plein milieu des murs (pas très esthétiques) et au passage moins d’ondes près de nos têtes la nuit.

Le résultat nous plaît, un coût limité à celui des spots, une mise en oeuvre rapide si ce n’est un peu de temps de séchage. Seul inconvénient, qui n’en est pas vraiment un pour nous, ne pas pouvoir en changer au gré des envies et des modes. Quelques photos ci-dessous pour voir le rendu. Au passage, vous avez un aperçu des enduits de finition qui feront l’objet d’un prochain récit.